Sermig

Les rendez-vous mondiaux des jeunes de la paix

Le Rendez-vous Mondial des Jeunes de la Paix nait au début des années 90 lors de la rencontre du Sermig et de son fondateur Ernesto Olivero avec des milliers de jeunes, hommes et femmes, croyants et non. Rencontres qui ont mis en évidence la fracture croissante entre les générations et le détachement progressif des jeunes envers les institutions et des valeurs qui sont à la base de l’engagement personnel, accompagné d’un manque de confiance très répandu envers l’avenir. De ces rencontres avec les jeunes s’est dégagé une intuition : permettre aux nouvelles générations de se faire entendre devant les grands de la Terre dans le domaine de la politique, de la culture, de l’économie et de la spiritualité. C’est cet esprit qui a animé l’histoire du Sermig à partir de 1964, année de sa fondation : les jeunes comme priorité, mais surtout comme espérance pour construire un monde meilleur.

Au cours des ans, s’est renforcée l’idée de faire quelque chose de significatif pour eux. Le tout, grâce à des rencontres importantes, comme celles avec Dom Helder Camara, frère Roger Schutz, Giorgio La Pira et particulièrement avec Mère Térésa de Calcutta qui dans une lettre personnelle invita Ernesto Olivero à « aller à la recherche des enfants et des jeunes, pour les ramener à la maison ».

A la fin des années 90, de nouvelles clés de lecture voient le jour. Le rêve est de créer des occasions pour réconcilier la génération des pères avec celle des fils. Une rencontre face à face, en toute simplicité. Les difficultés et les espérances des jeunes sont recueillies dans une charte d’engagements , la « Charte des Jeunes », née grâce à la contribution de 400 groupes de jeunes provenant de toute l’Italie. Le Sermig la présente au Vatican, à Jean Paul II le 22 Décembre 2000, lors d’une journée inoubliable, le Jubilé de la Paix. Le Pape écoute et répond : « Ecrivez, chers amis, chacun apportant sa propre contribution, une page d’histoire des jeunes et pour les jeunes, où les nouvelles générations émergent comme protagonistes passionnés d’une saison féconde de la civilisation de l’amour ».

Cette prise d’engagement a fait naitre un mouvement informel de milliers de jeunes, Les Jeunes de la Paix, engagés dans les écoles, au travail, là où ils se trouvent, pour construire un monde de paix et de justice. Ils se retrouvent justement lors des Rendez-vous Mondiaux auxquels participent des centaines de milliers de jeunes : à Turin le 5 Octobre 2002, à Asti le 3 Octobre 2004, à L’Aquila le 27 Aout 2010 et toujours à Turin le 16 Octobre 2010.

La nouvelle étape à Naples sera vécue pour réveiller les consciences. C’est une invitation faite aux jeunes et aux adultes, chacun avec leurs propres responsabilités, pour les inciter à de nouveaux élans, intuitions et motivations profondes. « La conscience ne papote pas - dit Ernesto Olivero -. Elle agit et permet d’ “être”. Seule la conscience t’aide à dire « oui » ou « non » et notre vie et le monde en ont besoin. Car le monde peut changer : un miracle qui peut exploser uniquement si ma conscience, notre conscience et la conscience de tous se réveille.